Gaulois et romains au pays de Blain

Gaulois et romains au pays de Blain

                 Comme vous le savez sans doute, la cité blinoise était un centre important au temps de Jésus-Christ. Là se sont croisés, superposés gaulois et romains avec leurs coutumes, leurs religions… La situation de la cité à l’intersection de grandes voies de communication favorisait le commerce, les rencontres, l’établissement des populations.

                Au hasard des constructions nouvelles, les archéologues retrouvent ce socle ancien, les contours et les caractéristiques de cette communauté. Ainsi, les fouilles réalisées cette année sur le site de la Frelaudais, avant construction d’un vaste lotissement, révèle un centre cultuel étendu. « Archéo Loire » chargée des fouilles a invité la population à une visite guidée fort intéressante ;

                Tout d’abord, la surface a été décapée progressivement jusqu’à une profondeur de 40cm afin de mettre à jour le sol ancien. Là, des différences de couleur, de structure ont révélé bâtiments et emplacements de pieux d’un site délimité par un fossé. En fait, au moins deux sites se superposant avec chacun ses délimitations, l’un gaulois, l’autre romain.

                La visite commence par un grenier à céréales sur pilotis, proche d’un puits d’une profondeur de 6 mètres dont la fouille n’est pas achevée. Plus loin, c’est un temple de 7m sur 7. Un chiffre « magique » que l’on retrouve dans les trois principales constructions du site. Au centre de ce temple, une chambre fermée devant abriter le dieu. On a retrouvé sur place une tête de déesse mère, la partie centrale d’une Vénus, sans doute des offrandes comme les nombreuses poteries mises à jour. Le deuxième temple suit le même plan. A proximité, on a identifié une portion de chemin avec ses ornières. Le troisième bâtiment a une structure rectangulaire : 14m sur 7 avec, en partie centrale, 3 piliers ( ?) en pierre. Sur la droite, la terre noircie montre l’emplacement de 2 fours. Destinés à la fabrication de fer ? de poteries ? « Ni l’un ni l’autre », pensent les archéologues. Pas de résidu de fer ou de céramique autour, mais des esquilles d’ossements. Alors, des fours culinaires ? Des analyses sont en cours…

                Au-delà, un petit fossé s’est révélé particulièrement riche. Divisé en carrés de cinquante cm de côté, il a été soigneusement fouillé, les poteries trouvées ont été numérotées avant d’être extraites. En tout, une vingtaine de caisses de fragments. Certaines céramiques sont locales, d’autres proviennent de diverses régions de France. Simples ou ornées, elles sont parfois percées d’un trou, ce qui témoigne d’un usage cultuel. Il reste à les analyser, classer avant de reconstituer les objets originels afin d’affiner la datation, la provenance… A noter aussi parmi les découvertes une rare plaquette destinée à jeter des sorts. On en compte une quarantaine en France.

                Un site riche donc, malgré l’acidité du sol qui nuit à la conservation. Après achèvement des fouilles, le lieu sera remis au promoteur, et bientôt de nouveaux habitants viendront fouler cet enclos sacré. Puissent-ils en conserver le souvenir, sans être hantés par les sortilèges ici prononcés…

                Merci aux archéologues pour leurs explications et leur disponibilité.